08 Mars 2021

Nous commémorons en ce 8 mars la journée internationale de la femme, permettant de célébrer leur rôle dans la société, tant sur le plan personnel que professionnel. Comme chaque année, BOURBON s’associe à cette journée en publiant le témoignage de plusieurs de ses collaboratrices, évoluant à terre comme en mer. Portraits de vie…

“ A l’offshore, des femmes intéressantes, talentueuses, ayant choisi de remettre en question le statu quo dans la profession… ”

Oui, l’offshore est un environnement globalement masculin, mais c'est ce qui rend ma mission particulièrement intéressante. En faisant partie de l'équipe responsable du recrutement et de la gestion du personnel, je joue un rôle de leader, de moteur dans la création d'une niche pour les femmes dans une industrie qui est perçue comme étant "dominée par les hommes". Cela n’est pas toujours facile, cela s'accompagne de défis quotidiens, mais ces défis pourraient également s'appliquer aux hommes, j'ai donc appris à ne pas me concentrer nécessairement sur l'industrie en tant qu'industrie masculine, mais plutôt en tant qu'industrie en perpétuelle évolution.

Mon meilleur souvenir : lorsque nous avons eu la volonté d'engager des femmes navigantes, notamment tout le processus de recherche, d’entretien et de recrutement. Nous avons rencontré de jeunes femmes intéressantes, talentueuses, désireuses de faire carrière à l’offshore. En parlant avec ces femmes et en comprenant leur motivation, j'ai compris qu'il n'y avait rien qu'un homme puisse faire qu'une femme ne puisse faire aussi. Ces jeunes femmes avaient choisi de remettre en question le statu quo dans la profession… il est important de noter qu'elles sont l'exception à la règle, surtout parce que le thème de la Journée internationale de la femme 2021 est "Choisir de contester". Je suis ravie d'avoir participé à une idée aussi novatrice et créative pour inciter les femmes à faire carrière dans la marine.

Christine ONYEGBULE – Manager RH – Bourbon Interoil Nigéria

 

« Chaque journée de travail est différente et stimulante ! »

Je suis ingénieur en mécanique des systèmes offshore et onshore. Toutes mes qualifications ultérieures sont également liées au domaine maritime. Dans ma famille, nous bâtissons notre vie autour de l'industrie maritime mais j'ai choisi ce métier parce que je l'ai toujours aimé. J'aime les sujets techniques, liés à l'équipage et aux navires, surtout les PMP (Période de Maintenance Programmée). J’adore voir les travaux avancer, rencontrer l'équipage, déjeuner avec l’équipe, parler directement avec le chantier, etc. Chaque journée de travail est différente et stimulante !

J’évolue dans un univers masculin, c'est parfois difficile, mais dans l'industrie offshore, les gens sont différents, ils ne font pas de discrimination sexuelle et parfois ils sont même heureux d'avoir un environnement de travail plus diversifié…

Raluca NECULAI - Project Engineer – Bourbon Black Sea

 

« Evoluer dans une industrie masculine ne me pose aucun problème. L’important est d’être compétent »

Je n’ai pas toujours travaillé dans l’industrie offshore, j’ai connu d’autres secteurs industriels dans le passé. J'ai choisi BOURBON pour la bonne réputation du groupe dans l’Oil&Gas et, à titre personnel, pour les perspectives professionnelle au sein de l’entreprise. Je suis diplômée en génie chimique et possède également un diplôme de troisième cycle en système de qualité. C'est cette spécialisation qui m'a amené à l'industrie offshore.

Mon métier demande de bonnes capacités d’organisation. Il me permet en outre d’être en interaction avec des collaborateurs à tous les niveaux de l’entreprise. Evoluer dans une industrie masculine ne me pose aucun problème. L’important est d’être compétent et, au quotidien, la différence entre les sexes n'empêche pas les interactions pour mener à bien son activité. Un souvenir marquant ? L’obtention et le maintien des normes ISO 9001, 14001, OHSAS 18001 et du CODE ISM.

Teresa CRUZ – Quality Coordinator – Bourbon Offshore Maritima

 

« Mes collègues me considèrent avant tout comme un marin, c’est l’essentiel »

J’ai grandi en Normandie (Nord-Ouest de la France), pas très loin de la mer. Je ne suis pas issue d’une famille de marins mais j’ai tout de même découvert la voile avec mon père, et j’ai très vite décidé d’en faire mon métier. La mer était pour moi synonyme de liberté. J’ai passé un brevet de Capitaine 200 avec l’envie de naviguer, traverser l’Atlantique, faire du convoyage, etc. Lors de mon dernier contrat, j’ai skippé un catamaran de 61 pieds pendant 3 ans. J’ai vécu ainsi 10 ans aux Antilles, en tant que skipper. Je suis curieuse de nature, j’avais aussi envie de découvrir le monde de l’offshore. Je suis donc rentrée en métropole pour y passer mon un brevet de Capitaine 500 et 750 kW, avant d’entrer chez BOURBON pour y devenir pilote de Surfer, en Angola.

Nous sommes 2 marins à bord du Surfer, un matelot et moi-même, mais comme le navire est en opération en permanence, nous sommes en double équipage, hébergés sur une barge d’environ 600 personnes dont seulement... 4 femmes. La toute première fois, j’avoue avoir eu une petite appréhension mais tout s’est toujours très bien passé avec mes collègues ! J’ai bien plus souffert des stéréotypes à terre : lorsque je disais que je travaillais dans le maritime, on pensait que j’étais hôtesse ! Avec mes collègues, c’est différent : ils me considèrent avant tout comme un marin, c’est l’essentiel.

Sylvie FINCK – Pilote de Surfer

Les coulisses de Bourbon