17 Juin 2020

Amoureuse de la mer, passionnée par la Marine marchande, Ingrid Lescudier a toujours su qu’elle travaillerait dans le secteur maritime. Elle est aujourd’hui 3ème mécanicien sur un PSV Bourbon Explorer 500. Portrait d’une femme de caractère qui a rapidement su se faire une place dans un environnement majoritairement masculin...

J’aime la mer depuis ma plus tendre enfance. J’ai rapidement choisi de travailler dans le secteur maritime. A l’âge de 15 ans, un ami de mes parents, pilote du port de Marseille, m’a proposé de passer une journée avec lui. En descendant de la pilotine, mon choix était fait : ce serait la marine marchande… Je n’ai plus jamais changé d’avis et ne le regrette absolument pas ! Après mes études à l’Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM), j’ai effectué plusieurs embarquements à la compagnie Méridionale et un embarquement sur l’Ailette chez BOURBON en tant qu’élève. Il y a presque deux ans, j’ai démarré ma carrière chez BOURBON comme troisième mécanicien sur des Bourbon Explorer 500. J’occupe actuellement la fonction de DPO Flex sur le Bourbon Explorer 509 : je suis troisième mécanicien polyvalente, capable d’effectuer une opération DP à la passerelle. Pourquoi le choix de l’offshore? Au cours de mes études, je me suis vite rendue compte que ce que j’aimais avant tout, c’était la technique et quoi de plus technique que l’offshore ? J’ai l’impression d’apprendre tous les jours. C’est passionnant.

Être une femme à l’offshore

Pour moi, cela ne représente aucune difficulté particulière... si l’on a du caractère ! Je suis marin avant tout et mes collègues hommes sont tous accueillants et respectueux, en machine particulièrement. Evidemment, si une femme est trop coquette, l’offshore n’est pas fait pour elle… En bleu de travail avec un taux d’humidité ahurissant, le maquillage n’est pas de mise ! J’ai deux vies, l’une à terre avec ma famille pendant mes périodes de pause, pendant laquelle je voyage, fais du sport, bricole, vais au cinéma, etc., l’autre en mer pendant laquelle je travaille et reste en relation avec ma famille grâce à la wifi à bord.

Mon conseil à une femme désirant devenir marin

Surtout qu’elle ne se bride pas : qu’elle explique bien son projet à ses parents pour obtenir leur soutien et qu’elle travaille les matières scientifiques, sans négliger l’anglais. Il faut aussi avoir conscience de l’engagement : c’est un métier difficile avec un rythme de vie particulier. Je lui conseillerai aussi de bien choisir ses embarquements au début de sa carrière : il faut qu’elle s’ouvre l’horizon des possibles car lorsqu’elle aura fondé une famille, elle devra nécessairement envisager d’adapter sa carrière professionnelle. En d’autres termes, si elle est intéressée par le métier de marin, qu’elle n’hésite pas ! Si elle intéressée par l’offshore, qu’elle profite des embarquements en tant qu’élève pour connaître aussi les autres options, et surtout qu’elle commence sa vie professionnelle par l’offshore parce qu'ensuite ce sera plus délicat pour concilier vie professionnelle et vie familiale ! Il faut vraiment persévérer, ne jamais perdre sa motivation.

Les coulisses de Bourbon