03 Août 2017

A bord du Vissolela, Chris Rentzke dirige les opérations subsea sur le bloc 15 d’ExxonMobil en Angola. Il revient sur son parcours et la mission qu’il supervise.  

Chris Rentzke débute sa carrière à l’offshore en 2005, passant en quelques années du relevage d’ancres à la superintendance rigging. « Lorsque j’ai rejoint BOURBON en 2010, j’ai commencé en tant que deck foreman », raconte-t-il. « Depuis, comme pour tout ce que j’ai accompli dans ma vie professionnelle, j’ai gravi les échelons un à un. Aujourd’hui, je suis Offshore Construction Manager. » Un parcours qu’il doit aussi aux opportunités qu’il a su saisir.

Embarqué à bord du Vissolela, Chris Rentzke et son équipe supervisent les opérations sous-marines sur le bloc 15 d’ExxonMobil, au large de l’Angola. « Nous coordonnons tous les travaux sous marins liés à l’extraction d’hydrocarbures, en particulier le levage et l’installation en mer des raccordements  », explique-t-il. « Le Vissolela est taillé sur mesure pour ce type d’opérations. Ce MPSV est doté d’un positionnement dynamique de classe 2 et sa grue et son treuil  à compensation active de houle permettent d’installer un équipement lourd, comme un jumper (raccordement) par exemple, en eaux profondes. » Sur le bloc 15, les puits se situent entre 600 et 2 000 m de profondeur.

" Ce qui me plaît vraiment, c'est de guider mon équipe vers le succès, relever ensemble des défis, créer et mettre en oeuvre des solutions aux problèmes identifiés'."
CHRIS RENTZKEOFFSHORE MANAGER

RELEVER ENSEMBLE DES DÉFIS 

Le jumper est une conduite raccordant 2 structures sous-marines, ici la tête de puits et le manifold. « Le manifold est le collecteur de pétrole qui va permettre au nouveau puits d'entrer en production », explique Chris Rentzke.

Si la préparation humaine en amont est décisive, les équipes sont secondées dans cette opération par 2 robots sous-marins (ROV). « Avec le commandant, nous positionnions le navire et les robots à l’endroits précis de l’intervention. Les ROV connectaient ensuite les lignes électriques et hydrauliques pour pouvoir contrôler la production depuis la surface ».

Plus que le côté technique, c’est l’aspect managérial du métier qui motive Chris Rentzke. « Ce qui me plaît vraiment, c’est de guider mon équipe vers le succès, relever ensemble des défis, créer et mettre en œuvre des solutions aux problèmes identifiés ».

 

ALLER DE L’AVANT 

Chris Rentzke se souvient d’un moment en particulier dans sa carrière chez BOURBON : « C’était lors d’une mission au Nigéria. En tant que Chef de pont, j’ai supervisé le relevage par grue d’un jumper de 30 m de long dans des conditions très difficiles. Chaque extrémité du jumper a ensuite dû être repositionnée sur son support  sur le pont, à bord de notre navire de ravitaillement.»

C’est tout l’état d’esprit de ce self-made-man. Son conseil à quelqu’un qui envisage de faire le même métier ? « Allez de l’avant, ne baissez jamais les bras. Vous vous sentirez parfois dépassé par l’ampleur du projet, la taille des équipements à manipuler, … mais avec le temps, l’expérience, beaucoup de préparation et une équipe engagée, vous apprendrez à maitriser tous ces paramètres et à rendre le meilleur service possible au client », conclut-il.