22 Septembre 2016

L’ingénieur Subsea est à l’origine de toutes les missions : partant du besoin opérationnel du client, cet expert décrit et planifie en détail tout le projet, veillant à la sécurité des biens et des personnes. Rencontre avec 2 ingénieurs Subsea chez BOURBON, Élodie Marais et Paul-Gaspard de Bovis, qui partagent leur vision du métier… et leur passion.

Chez BOURBON, 3 ingénieurs Subsea travaillent sous le responsable ingénierie. Parmi eux, Paul-Gaspard de Bovis a commencé sa carrière chez un sous-traitant de BOURBON. " J’y effectuais des calculs : j’ai souhaité passer à la réalité du terrain et me rapprocher de ma passion pour le domaine maritime ".

Autre membre de l’équipe, Élodie Marais, 24 ans. Au terme de son stage de fin d’études, effectué chez BOURBON, elle a accepté avec un grand enthousiasme l’offre d’emploi qui lui a été faite. " C’est la suite logique de ma formation, et un métier qui me passionne, même si les préjugés en font un " métier d’homme " . Pourtant rien n’empêche une femme de faire ce métier ", souligne-t-elle. Un point de vue partagé par Paul-Gaspard : " Plus on va vers les métiers opérationnels, moins on trouve de femmes, alors qu’elles savent s’imposer en mer ! "

Du bureau à la haute mer

Le cœur de métier de l’ingénieur Subsea : le monde de l’offshore, principalement dans les champs pétroliers. Il étudie la demande d’un client, pour statuer sur sa faisabilité et décrire en détail le projet : l’équipe, le bateau, les tâches à réaliser… Une étude étayée par de nombreux calculs et dessins, pour décrire un projet de quelques jours, de quelques semaines, voire de plusieurs mois ou années. " Notre priorité est la sécurité. Nous effectuons les contrôles pour nous assurer que le navire prévu est adapté à la mission, que la grue et le robot pourront réaliser les tâches demandées… Notre obsession : identifier et anticiper les risques humains et matériels ", explique Paul-Gaspard. Une tâche qui se déroule essentiellement dans les bureaux, mais se prolonge aussi en mer : 2 ou 3 fois par an, les ingénieurs Subsea, intégrés à l’équipage, accompagnent les missions particulièrement complexes.

" Notre priorité est la sécurité. Nous effectuons les contrôles pour nous assurer que le navire prévu est adapté à la mission, que la grue et le robot pourront réaliser les tâches demandées… Notre obsession : identifier et anticiper les risques humains et matériels. "
Paul-Gaspard De BovisIngénieur Projet Subsea

Dans des environnements aussi différents, qu’est-ce qui fait un bon ingénieur Subsea ? Élodie et Paul-Gaspard sont unanimes : un sérieux bagage mathématique couplé à une " vision physique des choses ", ainsi qu’un sens de l’organisation. Sans oublier un grand sens relationnel. " L’ingénieur Subsea est l’interface entre les équipages, les clients, les équipes techniques… Dans le milieu confiné du navire, il doit rester calme à tout moment, désamorcer les problèmes, gérer la communication ", insiste Paul-Gaspard.
Tout cela n’interdit pas un certain humour. Pour preuve ? " Les petits dessins, mots ou smileys que l’on retrouve au fond de l’océan, tracés à la peinture sur les équipements avant leur immersion, et que l’on découvre des années plus tard lors de l’intervention d’un robot ", s’amuse Paul-Gaspard.

De nouveaux domaines à conquérir

Aujourd’hui, 90 % des missions sont réalisées pour des pétroliers et leurs filiales. Mais ce secteur a été profondément affecté par la chute des cours du pétrole. La parade ? S’adapter et innover ! " BOURBON se diversifie, répondant aujourd’hui aux demandes des acteurs des énergies renouvelables. L’installation d’éoliennes en haute mer implique ainsi des opérations de remorquage et d’ancrage. BOURBON détient l’expertise nécessaire pour accomplir ces tâches, qui ont d’ailleurs constitué le sujet de mon stage. Et je suis plus spécialisée sur les éoliennes offshore chez BOURBON ", explique Élodie Marais.

" BOURBON se diversifie, répondant aujourd’hui aux demandes des acteurs des énergies renouvelables. L’installation d’éoliennes en haute mer implique des opérations de remorquage et d’ancrage. BOURBON détient l’expertise nécessaire pour accomplir ces tâches. "
Elodie MaraisIngénieur Projet Subsea

Pour s’imposer dans ce nouveau secteur, les collaborateurs de BOURBON ont un atout : " les équipes dirigeantes sont constituées en bonne partie d’anciens opérationnels. Ils connaissent la mer, ont navigué : leur expertise de terrain change tout ", analysent Élodie et Paul-Gaspard.

Les coulisses de Bourbon