19 Décembre 2014

En sortie du Havre, le 8 décembre 2014 au soir, le pétrolier russe « Olympiysky Prospect », 250 m de long et jaugeant 114 000 t, est contraint de mouiller suite à une grave avarie de safran. Sollicitée directement par l’armateur du navire, le responsable des opérations de la compagnie Les Abeilles prévient le commandant de l’Abeille Liberté. Celle-ci appareille 20 minutes plus tard après avoir obtenu l’accord du Centre Opérationnel de la Marine (COM).

8 décembre 2014, 23H00 – Départ du port militaire de Cherbourg

L’Abeille Liberté arrive en vue du navire en panne au petit matin. Il fait nuit sur la Manche et l’Olympiysky Prospect est encore tout éclairé par ses feux de pont. La météo est clémente sur zone. Le pétrolier Russe remonte doucement sa chaine de mouillage en vue de la prise de remorque. A bord du remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) chacun est à son poste, prêt à intervenir.

9 décembre 2014, 9h00 – Prise de remorque

Sur la plage arrière, les marins s’affairent. Leur rôle : préparer le gréement. Le bosco coordonne ces opérations de pont et la mise à l’eau du bateau de secours du remorqueur. Ce bateau armé par un matelot et un mécanicien amènera le second capitaine à bord du pétrolier. Sa mission : aider l’équipage russe à connecter la remorque, conseiller son commandant et maintenir la liaison avec la passerelle du RIAS. A la manœuvre, le commandant de l’Abeille Liberté, Philippe Le Bihan. Son objectif : se rapprocher et se maintenir au plus près du pétrolier pour faciliter la prise de remorque.

Cette étape de l’opération est délicate de par la proximité des deux navires. Il faut à présent connecter la pantoire à la chaine de remorquage d’urgence du pétrolier. Cette chaine mesure 10 m. Chacune de ses mailles pèse 30Kg. Elle est solidarisée au gaillard du navire par l’intermédiaire d’un stoppeur de type " AKD " éprouvé à 250 tonnes. A chaque étape, l’ensemble des parties prenantes seront tenues informées du déroulé des opérations par le bord : la direction des opérations des Abeilles, le Centre Opérationnel de la Marine à Cherbourg ainsi que le CROSS Jobourg qui régule le trafic sur zone.

9 décembre 2014, 10h00 – Remorquage

Les conditions météorologiques favorables et l’expérience de nos équipes ont participé au succès de cette prise de remorque sans incident. Vers 10h00, le convoi de 500 m fait alors route plein sud à 7 nœuds vers le port du Havre. A bord du RIAS, les opérations de déconnexion sont préparées en amont de l’arrivée. La vitesse et la longueur de la remorque sont réduites à l’approche du Havre en raison de la remontée des fonds. Tout est mis en place afin d’éviter de casser la pantoire et d’assurer des conditions optimales de sécurité pour l’opération.

" A ce stade de l’opération, l’équipage doit rester bien concentré afin de bien maintenir dans l’axe le pétrolier dans cette zone très fréquentée. "
Cyrille PilletSecond capitaine

9 décembre 2014, 16h00 – Arrivée au Havre

L’Abeille Liberté arrive à l’entrée du chenal du Havre, 4 remorqueurs portuaires entrent alors en action et 2 pilotes de port sont héliportés à bord du pétrolier. Ils coordonneront les manœuvres tout au long des opérations de déconnexion. A bord du RIAS, chacun maintient la vigilance, le chef mécanicien et son second au treuil, le commandant à la manœuvre, le lieutenant surveille la navigation alentours et les communications depuis la passerelle.

9 décembre 2014, 18h00 – Fin de la mission

L’équipage BOURBON envoyé à bord du pétrolier russe est de retour. L’Abeille Liberté repart vers son port d’attache, Cherbourg. Sous le commandement de la Marine nationale, le RIAS se repositionnera en veille dans cette zone où transitent chaque jour plus de 250 navires de commerce.

Assistance, sauvetage et dépollution

La société Les Abeilles assure la protection des 3 120 km de côtes françaises grâce à 5 remorqueurs d'assistance, de sauvetage et de dépollution et à 3 navires de service.

En savoir plus

 

Les coulisses de Bourbon