22 Juillet 2015

Mlle Lay Ying a rejoint Bourbon Offshore Asia en mars 2010 comme premier lieutenant. Après avoir gravi tous les échelons, elle est depuis juin 2015 la toute première femme commandant de la compagnie singapourienne. Elle officiera pour la première fois dans ses nouvelles fonctions à bord de l’AHTS Bourbon Tongkam. Interview.

 

OFFshore : Quand avez-vous ressenti l'appel de l'océan ?
Lay Ying : J'ai lu un livre sur la navigation à l'école secondaire. Il parlait d'un homme qui faisait le tour du monde à la voile. L'histoire racontait à quel point sa vie était pleine d'aventures, et le voyage qu'il faisait. C'était un livre fabuleux. J'ai commencé très tôt à me demander à quoi pourrait ressembler ma vie si j'avais une carrière pleine de voyages et d'aventures.

OFFshore : Parlez-moi de votre parcours professionnel jusqu'à aujourd'hui.
L.Y. : Je suis allée à l'Académie maritime de Singapour, et j'ai obtenu un diplôme en trois ans en études nautiques, avec un Certificat de compétences de Classe 3. Plusieurs embarquements m’ont permis d’obtenir mon diplôme de Classe 2. J'ai commencé ma carrière dans le secteur offshore comme premier lieutenant avec Bourbon Offshore Asia. Après avoir suivi plusieurs formations en mer et à terre, j'ai été promue commandant de l’AHTS Bourbon Tong Kam.

OFFshore : Comment appréhendez-vous vos fonctions de commandant ?
L.Y. : C'est une expérience totalement nouvelle, pleine de défis. Il ne s'agit pas simplement de navigation. Je dois gérer le navire et m'assurer que la sécurité de l'équipage, du navire et des biens ne soit pas compromise, tout en me concentrant sur la satisfaction du client et sur les exigences de l'entreprise. J'apprends en permanence…

OFFshore : Comment avez-vous été accueillie par votre équipage ?
L.Y. : Au départ, j’ai ressenti un effet de surprise. Ils étaient timides et ne savaient pas comment se comporter avec moi. Mais avec le temps, la situation est redevenue normale et tout se passe bien !

OFFshore : Y a-t-il des avantages à être une femme commandant ?
L.Y. : Oui, être une femme commandant offre certains avantages, en particulier lorsque je dois traiter avec les hommes. Ils ont tendance à être plus doux, plus galants et à travailler encore plus dur pour me montrer de quoi ils sont capables. Cela rend le travail plus facile, plus sûr et plus efficace.

OFFshore : Avez-vous rencontré des résistances en tant que femme dans un environnement très masculin ? Comment les avez-vous gérées ?
L.Y. : L’offshore est un " monde d'hommes ". Si j'avais eu un sou à chaque fois que j'ai entendu cette phrase… Les préjugés sexistes et les attitudes négatives envers les femmes font qu'il est difficile pour une femme de s'imposer dans des secteurs dominés par les hommes. Il faut garder confiance en soi, être déterminée et ne pas laisser les préjugés et les attitudes négatives prendre le dessus sur les aspects positifs de ce que je fais. Je mentirais si je disais que je n'ai été confrontée à aucun préjugé. Si quelqu'un a une opinion négative des femmes qui travaillent à bord des navires, je lui prouve que je peux le faire aussi bien qu'un homme. Je ne me cache pas. Je montre simplement qu'homme ou femme, cela n'a pas d'importance. De nombreuses femmes pensent qu'elles ne peuvent pas réussir dans ce secteur car elles manquent d'encouragements. Il faut s'entourer de personnes qui nous encouragent et croient en nous. Mais par-dessus tout, il faut croire en soi.

OFFshore : Quel conseil donneriez-vous aux femmes qui veulent faire carrière en mer ?
L.Y. : Il n'est pas impossible d'entrer dans un secteur dominé par les hommes. Le plus difficile, c'est d'y rester. Pour cela, il faut étudier et apprendre, et être la meilleure possible. Lorsqu'on se demande qui est le meilleur pour ce poste, la réponse doit être évidente. Il est aussi compliqué de concilier famille et travail, mais lorsqu'on parvient à trouver un équilibre, c'est génial…

Les coulisses de Bourbon