13 Janvier 2015

C’est sur l’un des cinq navires IMR de BOURBON en Angola, le Vissolela, que Luc-Olivier Le Rai opère en tant que chef mécanicien. Avec son équipe de six personnes, il s’affaire « aux machines » comme il dit. Sur un navire dernière génération tel que le Vissolela, la vérification des moteurs et du matériel est en effet quotidienne. « Il est très important de bien s’assurer de la suppléance des appareils, pour éviter incidents et pannes techniques, la hantise de tout mécanicien », explique-t-il. 

Sa rigueur et ses compétences techniques font de lui une personne en qui BOURBON a placé sa confiance depuis 2004, date à laquelle il débute sa carrière dans le groupe. Cet ancien électricien de bord est devenu patron pêcheur à 25 ans, dans le sud de la Bretagne. A quarante ans, il ambitionne une nouvelle carrière dans le commerce : « L’avenir devenait trop incertain dans la pêche et je voulais découvrir autre chose ». 

Du chalutier au Surfer...

Finalement, Luc-Olivier Le Rai sera de retour en mer après une formation à l’Ecole Nationale Supérieure de la Marine de Saint-Malo. Il postulera ensuite chez BOURBON. Très rapidement, il embarque au Nigéria après avoir été promu chef mécanicien sur les Surfers.

« Ma formation initiale d’électricien m’a beaucoup aidé : c’était l’apprentissage de l’organisation, de la rigueur et de l’anticipation. » Aujourd’hui, suite à cette reconversion, le chef mécanicien se sent bien chez BOURBON. Et de conclure : « J’ai l’impression d’appartenir à un grand groupe : BOURBON fait beaucoup d’efforts au niveau de l’information et de la communication, c’est très appréciable pour nous les marins. »

Les coulisses de Bourbon