20 Septembre 2017

À bord du Bourbon Liberty 218, le commandant Samuel Péron et son équipage ont effectué le remorquage d’une barge au large de l’Angola pour le compte de Chevron, au mois de juillet dernier. Récit.

Ancien pêcheur, Samuel Péron décide en 2013 de rejoindre BOURBON et la marine de service à l’offshore pétrolier. " J’avais envie de découvrir un nouveau métier, relever de nouveaux défis ", explique-t-il. Chez BOURBON, il débute en tant que second capitaine, un poste qu’il occupe pendant 4 ans avant de devenir commandant. Il enchaîne alors les missions sur PSV sur AHTS et sillonne le monde, " de Singapour au Pakistan, des Émirats-Arabes-Unis au Vietnam en passant par la Chine, sans oublier l’Afrique : Tanzanie, Nigéria, Côte d’Ivoire, Angola, Namibie ".

Au contact de ces différentes contrées et des équipages qui l’accompagnent, Samuel Peron s’enrichit. Professionnellement et humainement : " Chaque mission est l’occasion d’une remise en question de soi. Se reposer sur ses acquis n’est pas une option ! ".

Une opération aux multiples challenge

Samuel Peron est aujourd’hui aux commandes de l’AHTS Bourbon Liberty 218. Il vient tout juste de terminer une opération de remorquage d’une barge Camelot en Angola, à 24 milles nautiques au large de Malongo, dans l’enclave angolaise de Cabinda. " La barge appartient à Chevron, mais c’est Daewoo qui nous a affrétés pour le compte de son client ", précise le commandant.

L’opération a duré 7 jours, du 5 au 12 juillet en raison de l’envasement de la barge, ancrée depuis plusieurs mois.
Résultat : une extraction plus difficile qu’à l’ordinaire, " d’autant que le client nous a imposé une limite de traction de 60 tonnes pour éviter tout risque de rupture ", explique-t-il. Autre challenge : sur les 12 lignes d’ancres, BOURBON en a relevé 5, dont 2 en piggyback, c’est-à-dire d’inégale grosseur, " la plus petite étant en avant de la grande pour lui assurer une meilleure tenue ".

L’opérateur coréen Daewoo a choisi BOURBON en raison de l’expertise reconnue du groupe dans l’anchor handling. " Ces opérations font partie de notre ADN ", rappelle Samuel Peron. Lui-même en a déjà plus d’une vingtaine à son actif, même s’il assure n’avoir jamais vécu 2 opérations identiques : « Le contexte, la profondeur de l’eau, les ancres, les gréements… tout change d’une mission à l’autre. Ce métier est un apprentissage perpétuel ".

" La bonne équipe au bon moment, c’est l’une de nos forces "
Samuel PéronCommandant du Bourbon Liberty 218

 

Un équipage chevronné

Pour l’opération de désancrage en Angola, BOURBON a su dépêcher les personnes compétentes à bord : " La bonne équipe au bon moment, c’est l’une de nos forces ". A bord du navire, 15 membres d’équipage, de nationalité angolaise, philippine, française, " tous aguerris à l’anchor handling ".

Côté sécurité aussi, BOURBON a déployé tout son savoir-faire. La clé de voûte des procédures réalisées en amont ? Le quick release test : " Il nous permet de vérifier que les conditions de sécurité sont préservées en cas de tension excessive sur la ligne ou de problème moteur ", explique Samuel Peron.

Une opération menée en toute sécurité aux côtés d’un équipage chevronné : pour le commandant, c’est mission accomplie, " une satisfaction partagée par nos clients Daewoo et Chevron ", conclut-il.

Les coulisses de Bourbon