21 Juin 2017

Commandant du Surfer 3601, Michel Thoreux retrace son expérience du transport maritime de passagers et évoque l’évolution des Surfers de BOURBON. 

On peut dire que Michel Thoreux est le dépositaire d’une partie de la mémoire de BOURBON. Entré dans le groupe en 1988, il a d’abord été matelot à Brest sur un supply vessel avant de devenir pilote de FRC (Fast Rescue Craft) au Congo. « Tout comme les zodiacs et les HT 24 norvégiens , les FRC étaient largués à partir des navires de stand by sécurité qui évoluaient en permanence à proximité des installations offshore », explique-t-il.

Après un bref passage sur une base navale au Congo en tant que lieutenant, Michel Thoreux occupe en 1998 son premier poste de commandant : « C’était à bord de l’Angelica, un Crew boat de 34 mètres dédié au transport de passagers et de matériel offshore ». Il enchaîne avec l’Agathea, un Crew boat à hélices : « une expérience de navigation et de manœuvrabilité tout à fait différente ».

En 2010, après  avoir piloté plusieurs gros Surfers, dont le S322 et le S327, il prend le commandement du Surfer 3601 basé en Angola. Long de 36 mètres et doté d’une puissance de 8 000 chevaux, le Surfer 3601 est le plus  puissant des Surfers de la flotte BOURBON : « Cette unité est utilisée pour transporter le personnel de nos clients vers les blocs pétroliers 17 et 32 situés à une centaine de milles nautiques au large de Luanda, en plein océan Atlantique ».

" Nous sommes 5 à bord, 3 officiers et 2 matelots, entièrement dédiés au bien-être et à la sécurité de nos passagers"
michel thoreuxcommandant du surfer 3601

Une vitrine de l'excellence bourbon

Les Surfers ont évolué au fil des années vers plus de confort et de performance. Michel Thoreux en sait quelque chose : il transporte des passagers en mer depuis 20 ans. « Ces navires offrent désormais une expérience de transport digne d’un voyage en avion », déclare-t-il. Le Surfer 3601 accueille ses 50 passagers en mode VIP et réduit le temps de transfert grâce à une vitesse de plus de 40 nœuds. Des atouts essentiels quand la distance à parcourir est longue : « Trois à quatre heures de traversée séparent Luanda des 2 blocs que nous desservons. C’est l’équivalent d’un vol moyen-courrier », précise-t-il.

Sur le Surfer 3601, tout est mis en œuvre pour garantir le confort des passagers qui bénéficient d’une qualité de service irréprochable, assurée par l’ensemble de l’équipage : « Nous sommes 5 à bord, 3 officiers et 2 matelots, entièrement dédiés au bien-être et à la sécurité de nos passagers ».

 

La sécurité, une priorité

Côté sécurité justement, les procédures sont scrupuleusement respectées. « Chaque matin avant l’embarquement des passagers, nous effectuons un  Tool Box Talk, qui est une réunion avec l’ensemble de l’équipage pour faire le point sur les opérations prévues dans la journée, en évaluer les risques associés et  s’assurer que les mesures de sécurité appropriées sont bien comprises par tous. Par ailleurs, une information sécurité est faite aux passagers au moment du départ en insistant sur les procédures d’évacuation ainsi que sur les instructions à suivre lors des phases  d’embarquement et de débarquement . Enfin, ces derniers sont accompagnés dans tous leurs déplacements à bord pour éviter les risques d’accident », détaille Michel Thoreux.

Résultat : « des retours d’expérience très positifs de la part de nos clients. Tous relèvent le niveau de confort et de sécurité que leur procurent nos Surfers ».

 

 

Les coulisses de Bourbon