23 Avril 2015

Le Bourbon Liberty 207 vient d’achever une mission de papillonnage au large de la Côte d’Ivoire. 76 jours d’opérations menées tambour battant, nécessitant un équipage expérimenté et performant. Le commandant François Jezequel revient sur ce contrat exigeant, à la fois pour les hommes et pour le matériel.

11 janvier 2015, les équipes de BOURBON et de Micoperi se retrouvent à bord de la barge Crawler, pour une réunion préparatoire. Objectif : s’assurer que chaque intervenant soit informé des différentes étapes de l’opération et qu’une évaluation des risques soit faite. Le papillonnage est loin d’être une opération anodine. Il demande un respect scrupuleux des procédures et une analyse préalable de chaque phase du travail pour garantir une totale sécurité. Etude des plans, définition des zones de sécurité, longueur des pennants, profondeur d’eau, certification du matériel et présence de pièces de rechange à bord, etc. Rien n’est laissé au hasard.

Le papillonage : ancrage/ désancrage non stop 

Le papillonnage est une opération durant laquelle un navire ravitailleur releveur d’ancre (AHTS) accompagne en continu, dans un corridor défini, une barge spécialisée dans la pose de pipelines sur le fond de la mer.
Le rôle du navire est d’ancrer et désancrer la barge, sans interruption, 24h/24, pour lui permettre de se déplacer. Les tuyaux sont soudés à bord de la barge et déposés progressivement. C’est un mouvement permanent qui ne doit pas être interrompu et la fiabilité du navire d’assistance est cruciale pour la réussite de l’opération. " C’est une opération exigeante qui nécessite un équipage expérimenté, en passerelle et sur le pont " explique François Jezequel, commandant du Bourbon Liberty 207. " Il faut avoir une bonne connaissance du travail des ancres ou bien être encadré par un officier formateur pour assurer une mission de ce type ".

" C’est une opération exigeante qui nécessite un équipage expérimenté, en passerelle et sur le pont "
François Jezequelcommandant du Bourbon Liberty 207

Un investissement humain de tous les instants

Le 16 janvier, l’opération de pose de pipe a démarré. Chacun est à son poste, pleinement conscient que cette longue opération va nécessiter beaucoup de concentration et d’investissement. Les équipements critiques – treuils, towing pins et shark jaws – ont été testés et sont opérationnels à 100%. Un bosco référent, François Stephan, est à bord pour encadrer et faire bénéficier de son expérience les deux équipes pont qui vont se relayer, constituées chacune d’un bosco et de deux matelots.

Pendant 76 jours, le Bourbon Liberty va manipuler près de 900 fois des ancres de 14 t. Le navire est en parfaite symbiose avec la barge, qui pose ses 50,7 km de pipe sur le fond. Les équipages de l’AHTS et de la barge Crawler sont en contact permanent.

" Malgré la difficulté de l’opération, qui sollicite énormément l’équipage et le navire, aucun incident ou blessure n’a été à déplorer " se réjouit le commandant Jezequel. " Nous avons également remorqué la barge à 3 reprises pour changer de zone de travail et avons participé à la mise en place de 3 " Tie-in Spools ", éléments de liaison entre le pipeline et la plate-forme. J’ajoute que ce papillonnage a été effectué seul par le Bourbon Liberty* alors qu’il n’est pas rare que ce type de missions soit assuré par 2 navires. C’est une satisfaction supplémentaire… "

 

*Un second supply est intervenu en renfort en eau peu profonde durant une dizaine de jours.

Le papillonage en images
  • Opération "Crawler", Côte d’Ivoire, janvier 2015
  • Opération "Crawler", Côte d’Ivoire, janvier 2015
  • Mise en place de "Tie-in Spools", Côte d’Ivoire, janvier 2015
  • Mise en place de "Tie-in Spools", Côte d’Ivoire, janvier 2015
Les coulisses de Bourbon