18 Octobre 2016

Le Bourbon Yack, un remorqueur de terminaux, opère depuis 2010 sur le champ Agbami, pour le compte de Chevron. Le navire et son équipage viennent de réussir la performance d’opérer sans interruption pendant près de 500 jours, sans incident, à la grande satisfaction du client qui lui a remis un prix d’excellence opérationnelle. Les explications de Thibaut Navereau, Directeur des Opérations.

OFFshore : Le prix décerné par Chevron vient récompenser une performance impressionnante réalisée par le Bourbon Yack…
Thibaut Navereau : Notre client est très satisfait du navire et de son équipage qui, effectivement, ont réalisé une performance assez remarquable, 500 jours d'opération sans incident.
Sur le plan opérationnel, les manœuvres demandent un personnel expérimenté car le navire doit être très proche des tankers et des export hose, il faut donc être extrêmement vigilant. Sur le champ d’Agbami, les tankers se relaient tous les 3 jours. Il faut un tug sur site en permanence. Nous en avons 2, le Bourbon Auroch et le Bourbon Yack. Il y en a toujours un connecté au tanker et un autre en standby, au cas où la remorque casse ou s’il y a un problème mécanique ne permettant plus au remorqueur d’assurer sa fonction. Dans ce cas, l’autre vient aussitôt prendre le relais.

" Sur le plan opérationnel, les manœuvres demandent un personnel expérimenté car le navire doit être très proche des tankers et des export hose, il faut donc être extrêmement vigilant. "
Thibaut NavereauDirecteur des Opérations

 

OFFshore : Quel type d’opérations effectue le Bourbon Yack ?
T. N. : Le navire est un ce que l’on appelle un " terminal tug ", qui opère en support des opérations d’export tanker. Sur un champ pétrolier, le pétrole extrait des puits est collecté par un FPSO*. Lorsque les soutes de ce FPSO sont pleines, un tanker récupère le pétrole et le ramène à terre. Le tanker peut soit se connecter directement au FPSO soit se connecter à une bouée qui se situe à une distance comprise entre 1 et 2 km du FPSO.
Dans ce contexte, le rôle du terminal tug est de venir stabiliser le tanker pour qu’il se trouve dans le même axe que le FPSO ou que la bouée, et garantir ainsi qu’il ne se rapproche pas, ne vienne pas entrer en collision avec le FPSO lorsqu’il y a du courant ou du vent, ne se mette pas en travers, etc. Pendant toute la durée de l’opération de chargement du tanker, le terminal tug vient se connecter à l’aide d’une remorque avec un câble de 500 m et vient tirer sur le tanker pour le mettre dans l’axe et contrôler ses mouvements. Ce type d’intervention est appelé Tanker Lifting, ou Static Tow.

OFFshore : Un remorqueur comme le Bourbon Yack peut-il être affecté à d’autre types d’opérations ?
T.N. : Absolument. Les remorqueurs de terminaux sont des navires assez polyvalent, ayant une bonne capacité de manœuvre. Ils sont donc aussi utilisés pour de la petite maintenance, notamment sur des export hose - des tuyaux qui vont être connectés au tanker pour acheminer le pétrole. En théorie, ce sont des interventions dévolues aux AHTS mais un remorqueur de terminaux peut tout à fait servir de support. Le Bourbon Yack est aussi utilisé pour transporter des passagers, notamment des représentants du FPSO qui vont à bord du tanker pour surveiller les opérations de chargement, guider le tanker lors de son approche, etc.

Chiffre clé


500 jours sans incident

OFFshore : Combien y a-t-il de membres d’équipage à bord ?
T.N. : Il y a 10 membres d’équipage, 3 officiers passerelle, 2 officiers machines, 3 matelots, un oiler et un cuisinier, tous d’origines très différentes : un des commandants est indonésien, l’autre croate, les chefs mécaniciens sont polonais et croates, les seconds capitaines sont monténégrins, le lieutenant est nigérian, comme le bosco, les matelots, etc. Et cet équipage très divers a vécu 500 jours en mer en parfaite harmonie, sans incident. C’est aussi une des belles réussites de cette mission.

*Floating Production Storage and Offloading

Les coulisses de Bourbon